LES ABONNES – E04 – Manga, Séries, Films et autres, un été chargé!

 

Oeuvres évoquées:


Séries:

Last man
Peepoodo and the super fuck friends
Bojack Horseman
Desenchantée
Le seigneur de Bombay
Maniac
Ballers
Ajin
Detroit Metal City


Films

Les indestructibles 2 – Brad Bird
Blackkklansman – Spike Lee
Bhaveh Joshi – Vikram Motwane
Mukabaaz – Arunag Kayshap
Les gardiens de la galaxy 2 – James Gunn
Le monde est à toi – Romain Gavras


Livres

Braqueur – Jerôme Pierrat/Redoine Faid
Boulevard du stream – Sofiane Fanen
Jacked the unauthorized behind-the-scenes story of grand theft auto- David Kushner
Les croisades vues par les arabes – Amin Maalouf
Le sexe des colonies – Pascal Blanchard



Jeux vidéos

Spider-Man- PS4/X-BOX ONE
God of war
Horizon -PS4
Read Dead Redemption

Les 10 meilleurs clips de rap.

Je vous le dis tout de suite vous ne risquez pas de trouver des vidéos récentes dans l’article qui suit. Non pas parce que je suis un vieux con qui crie partout que « Le RaP C’éTaIT mIeUx AvaNT » mais tout simplement parce que les clips j’ai arrêté d’en regarder depuis au moins l’époque où MTV et MCM étaient encore des chaînes musicales qui diffusaient donc principalement des clips à longueur de journée (et ouais avant Youtube on pouvait attendre des heures entières pour voir son clip préféré et l’enregistrer sur un VHS).

The Pharcyde – Drop

Peut on faire un classement sans parler de ce clip ? Sorti en 1995, j’avais 5 ans à l’époque le rap ne faisant pas parti de mes priorités, je l’ai découvert au milieu des années 2000 sur un DVD du magazine Groove, grosse claque visuellement et musicalement, cet instru intemporelle ne prend pas une ride. Un article ici qui relate le making of du clip.

Snoop Dogg  -Sensual Seduction

Probablement la seule version censurée qu’on préfère à l’originale. Uncle Snoop s’éclate dans un délire rétro aux influences très 80’s  et nous sort une masterclass dans l’utilisation de l’autotune.

D12 – Purple Hills

Alala je me revois encore a 11 ans entrain de fredonner innocemment cet air entrainant devant ce clip très coloré presque enfantin sans me douter un instant qu’ils faisaient lourdement référence aux drogues….

Madvillain – All Caps

Ce clip allie tout ce que j’aime du rap et des comics. MF DOOM au mic, produit par Madlib, que demander de plus ?

Soulja Boy Tell’em – Crank That

Comme ça c’est pas évident mais ce clip est d’une importance capitale dans l’histoire du rap moderne. Aujourd’hui ça parait banal les rappeurs qui percent en postant du son depuis leur chambre mais c’était pas évident vers 2006/2007 internet n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, MySpace était the place to be, Youtube était à ses balbutiements, on se faisait des plans cam sur MSN avec des meufs rencontrées sur Skyblog et caramail…
Bref Soulja Boy, quoi qu’on pense de sa musique, est le premier de ces rappeurs découverts sur internet, il a ouvert la porte a beaucoup derrière lui et c’est cette histoire que le clip raconte.

Busta Rhymes – Gimme Some More

Je ne pouvais faire ce classement sans un clip de Busta, un des artistes les plus innovants de sa génération. J’ai choisi ce clip  par le grand Hype Williams mais il y en a tellement d’autre.

Ludacris – Get Back

Avant de devenir dans Fast And Furious le mécanicien dont personne ne connait le nom, Ludacris nous a gratifié de quelques uns des meilleurs bangers et clips des années 2000.
Des effets visuels grotesque sur une partie de son corps était un peu sa marque de fabrique, chose qu’il a tenté dernièrement dans le clip de Vitamin D que les plus jeunes n’ont semble t’il pas compris…

Mafia K’1 Fry – Pour ceux

Veste en en cuir, Levis 501, paire de TN, un rodéo sauvage sur l’autoroute, des pitbulls, quelques scooters levés en Y, des petits du quartier qui lèvent les bras en l’air en criant dans le fond, un clip probablement tourné sans autorisation au milieu des tours d’immeuble… Tout y est, ce clip a jeté les bases de tous les clips dit hardcore dans le rap français.

JAY-Z – Show Me What You Got

Ce clip montre le genre de vie que je mérite de vivre mais je suis désespérément pauvre, c’est tout, j’ai rien d’autre à rajouter.
Ps: Le saxo sur le beat c’est quelque chose.

BONUS:  Kanye West – Touch The Sky

Juste pour l’interlude de Nia Long et Tracee Ellis Ross.

WALKAM E04 – Retour sur un été musical

Qui dit Septembre dit la reprise, entre les bagarres et les décès, l’actualité musicale a été mouvementée cet été. De Dosseh aux artistes GOOD Music en passant par Kekra  et vanJess on parle de ce qu’on a écouté, comme d’hab beaucoup de rap mais pas que, on vous laisse kiffer.

Disney machine à rêve$$

La fin de l’année? Voilà le retour de Disney!

A peu près cinq mois que “Star Wars The Last Jedi” est sorti –  film a été assez clivant – pour ma part je l’ai trouvé assez fade et rien ne me faisait réellement kiffer.
Comme tous les ans, on a eu le droit au blockbuster de la période des fêtes. Dans la même veine traditionnelle que le boxing day en premier league. le Suite d’une GROSSE FRANCHISE, le film allait rapporter GROS  aux studios !

Il y a deux ans, l’épisode 7 sortait trente-huit ans après le premier et dix ans après le dernier Star WarsA New Hope”. Bon soyons honnête, ça n’engage que moi, j’ai été extrêmement déçu l’épisode 7 tant attendu. Je suis déçu par le manque d’audace, par le fan service à outrance et surtout le manque de créativité concernant  les personnages ; à mes yeux, on retrouvait exactement les mêmes archétypes que le premier épisode de la Saga : un concept de film miroir qui ne me séduit pas.

Bon la critique acerbe de StarWars est passée, intéressons-nous au sujet principal de cet article, Disney, oui la compagnie que vous connaissez probablement depuis votre plus tendre enfance, parce que c’est certain que vous avez dû au moins tomber sur une de leur prod. Est-ce que son emprise totale sur la plupart des contenus artistiques de la pop culture peut nuire à la qualité de ces contenus ?

Mickey le Businessman.

Mickey m’a vendu du rêve via ses VHS et son parc d’attraction, mais voilà moi j’arrive à ma trentaine ! La trentaine et son lot d’aigreur et de réalisme froid et quand je vois la reine des neiges ou que je vois un énième film Marvel qui sort je ne peux m’empêcher de voir la machine à cash derrière. Disney c’est devenu un « Media Conglomerat » en langue de Shakespeare soit un conglomérat médiatique qui, ces dernières années, s’est donné les moyens de régner dans nos salons quelle que soit la forme (film, dessins animées, jouet et même news). Donc Disney c’est un empire qui peut faire du contenu Marvel, StarWars mais également financer la chaîne Viceland .

Disney c’est une machine à cash dont  l’action coûtait en 2005 24,13$ et qui aujourd’hui vaut 101,3$ mais un eu d’histoire d’abord. Disney réalise sous l’égide de Bob Iger son président, successivement le rachat de Pixar en 2006 connu pour  Toy Story, Le monde de Nemo et autres films d’animation à succès.  Une opération estimée à 7,4 Mds de dollars. En 2009 c’est la compagnie de Comics legendary Marvel qui se fait racheter pour 4 Mds de Dollar.  En 2012 c’est Lucas Films donc là firme détentrice des droits sur l’univers Star Wars qui passe du panier de Disney à ses actifs, pour la modique somme de 4 mds de dollars. Enfin, fin 2017 c’est le cassage de tirelire absolu, Disney achète la légendaire 20 Th Century Fox pour la coquette somme de 52,4 milliards de dollars, en effectuant ce rachat Disney ce garantit de mettre la main basse sur tout le contenu télé proposé par ce studio, Les Simpsons en premier lieu, et toutes les autres séries et films de la maison Century Fox.  Tous ces contenus serviront à alimenter les plateformes de streaming que Disney compte lancer d’ici peu.

Ces différents rachats, et un comité de direction des plus efficaces ont permis à Disney d’avoir des revenus disons confortables rien que pour l’année 2016 c’est : 55 milliards d’euros de chiffre d’affaire et 9 milliards d’euros de résultats net. Pour donner un ordre d’idée, Total, plus grande entreprise Française c’est 128 Mds de chiffre d’affaire en 2016 pour un résultat de 6 Mds net. En gros le board de Disney à planché sur comment dépenser 9 milliards d’euros, ils ont probablement du grassement rétribuer les actionnaires mais également mis de l’argent en réserve afin de financer toutes les opérations de croissance externe.

Les résultats de l’entreprise sont en net croissance depuis 2002, et l’indicateur du ROIC (Retour sur capital investit) est également en croissance ce qui montre que les investissements s’avèrent payant:

Source : https://www.forbes.com/sites/greatspeculations/2017/01/25/why-disney-will-be-the-mouse-that-roars-in-the-stock-market/#3fd492e31c8d

En tout cas financièrement, les opérations de croissances externes opérées par Disney depuis ces dix dernières années portent largement leurs fruits et sont autant de choix stratégiques leur permettant d’asseoir Disney comme un acteur incontournable de la création et diffusion de contenu.

MCU, Money Cash Universe

Ok, Disney fait des très gros sous, mais quid du contenu de ce qu’ils proposent ?

Concernant la partie animation, Disney assure ses arrières eton a ainsi “Frozen” le dessin-animé ayant le mieux marché de l’histoire des “animated movies”, mais dont le contenu artistique est à discuter. Dans ce registre, Disney ne se cache pas et propose du contenu aux enfants pour les faire rêver et chanter et pour que leur parent leurs achètent tous les produits dérivés possibles. Avec Pixar, ils essaient de produire des contenus à plusieurs lectures qui permettent aux petits et aux grands de se retrouver dans des histoires et des personnages originaux.
Le contenu de ces dessins-animés, tout au long des années, ne présente pas de prises de risques particulières, c’est du contenu qui s’adresse directement aux enfants.  En matière de complexité un soin particulier est apporté pour qu’il y en est le moins.

Là où, à mon avis, le bât-blesse, c’est dans ce qui est devenu la vache à lait de Disney : les films de super-héros. On ne les compte plus, on en a de toutes parts et leurs contenus laissent toujours cette amère impression de répondre à un cahier des charges.
Avec les films Marvels on est loin de l’aspect noir et glaçant des films Batman de Nolan ou de l’imagerie mature et originale des Batman de Burton.
Le soucis de plaire au plus grand nombre entraîne des partis pris scénaristiques qui véhiculent des valeurs universelles et universalistes. On retrouve les valeurs de base, mais surtout gnangnan comme le courage, la force de l’amour et la solidarité. Ces valeurs ne sont pas en résonance avec les subtilités proposées avec le matériau de base de ces oeuvres  : les Comics.

On laisse ainsi passer à la trappe tout le contenu mature, qui permet d’adresser des problématiques plus complexes, on ne rentre que très peu dans la psychée des personnages. Ces films sont dans le style “film choral” où chaque personnages peut apporter sa dose d’humour.
La dose d’humour devient le ressort scénaristique principal de ces films, qui se veulent sérieux mais pas trop.

Les films du MCU sont programmés pour encore minimum 2021, il y en aura donc au moins trois par an d’ici là, et ça dure depuis 2008, même si le contenu est très inégal, il faut souligner le tour de force concernant la création d’un univers cohérent à part entière au format cinématographique. Un univers dans lequel se retrouve plusieurs personnages et dont les histoires peuvent s’entremêler comme dans les comics, et dans ce registre ce que fait Marvel et Disney est unique.
Néanmoins, la création de cet univers peut laisser place à une saturation et passer pour un matraquage en série:

Un peu de créativité quand même 

Il reste néanmoins de la place pour de l’originalité où des films, notamment par le biais de la mise à disposition de projets à des réalisateurs/auteurs, qui seraient capables de proposer du contenu hors cahier des charges.
L’un des derniers Marvel en date, succès sans précédent Black Panther, avec Ryan Coogler aux manettes ,prouve qu’avec une personne qui à son propre style,  Marvel peut proposer du contenu différent explosant ainsi le box-office sur un plan international. C’est probablement l’une des voies à suivre pour la firme de  Mickey.

Trailer de Black Panther:

Disney c’est aussi une expansion dans d’autres marchés, notamment en Inde, où ils ont achetés des sociétés qui proposaient des films à succès (UTV Motion Pictures). Ainsi “Dangal”,  film produit par UTV et Disney, fut le plus gros succès au Box Office Indien de 2017 et a eu un succès phénoménal en Chine.“Dangal” c’est un budget de 11 millions de dollar pour un box office chiffré à 333 millions de dollars, dont 200 millions en Chine.  

Trailer de Dangal:

Faire du business, partout dans le monde, stratégie globale qui paie ! Pour le mainstream, Disney continuera à proposer du contenu consensuel et peu original, il reste néanmoins dans cet empire mercantile quelques gisements de création d’oeuvres originales qui espérons le continueront à prospérer. Donc bien que l’empire Disney se rapproche plus de l’empire de Palpatine que des rebelles de la princesse Leia, on peut néanmoins espérer que les quelques membres de cet empire qui ont une âme de rebelle pourront nous faire oublier cet arrière goût très américain de “Business As Usual”

 

 


 

 

Batman est il juste un enfoiré de droite qui a besoin de consulter un psy ?

Ceux qui me connaissent ou me suivent sur les réseaux sociaux savent le culte que je voue au personnage et se demandent comment j’en suis arrivé à cette conclusion ? Bruce Wayne, le milliardaire qui une fois la nuit tombée se déguise en chauve-souris pour aller combattre le crime et niquer des mamans dans les bas fonds de Gotham City tout cela uniquement avec ses mains et l’aide de gadgets fournis par une division secrète de la Wayne Enterprise ? Parce que oui Batou n’a pas une super force ni une super vitesse, il n’est pas non plus un extraterrestre, ni à la tête d’un royaume sous marin… C’est bien un gars de chez nous tout ce qu’il y a de plus lambda, certes super riche car il a hérité de la fortune de ses parents, mais lambda. Ces derniers assassinés sous ses yeux lors d’une tentative de braquage qui a mal tourné alors qu’il n’était qu’un enfant, c’est d’ailleurs ce traumatisme qui le poussera plus tard à endosser le costume de super héros et devenir Batman.

Quel est le bilan de Batman ?

Bon je vous vois venir « De quoi il se plaint ? C’est honorable il en faudrait plus des comme lui, au moins il agit lui gneugneugneu » comme je l’ai dit plus haut Batman est immensément riche, probablement la personne la plus riche de Gotham, on peut légitimement se poser la question de savoir si avec les ressources qu’il a à sa disposition mettre des collants la nuit pour se battre lui même avec les criminels est le moyen le plus efficace pour combattre la criminalité ? Il ne fait que jouer au pompier, courir d’un incendie à un autre sans s’attaquer aux racines du problème: la criminalité de Gotham n’est que la conséquence d’un problème structurel que Bruce Wayne refuse de voir car il en fait partie. La ville semble profondément inégalitaire une élite corrompue voir mafieuse concentre entre ses mains toutes les richesses et le pouvoir, Batman devrait commencer par combattre les inégalités sociales s’il veut réellement combattre la criminalité avec sa fortune, il pourrait investir dans des programmes sur l’éducation, la santé, l’emploi, pousser à une meilleure répartition des richesses et de la représentativité des citoyens de sa ville, mais non, monsieur comme tout bon mec de droite préfère avoir une approche ultra sécuritaire aux résultats incertains.

couverture-batman-the-dark-prince-of-charming
Batman: The Dark Prince Of Charming

Là est la seconde reproche, toutes ces années à combattre le crime ont-elles fait de Gotham une ville plus sûre ? Oui et non, les petits délinquants craignent Batman qui certes ne tue jamais ses adversaires, mais il n’hésite pas à leur casser un bras ou une jambe s’il le faut. Il a aussi affaibli la pègre traditionnelle qui régnait sur la ville à ses débuts, mais la contrepartie est que Batman est devenu un aimant à emmerdes, tous les fous en ville et ailleurs veulent l’affronter. Dans Batman: The Killing Joke, le Joker ne serait qu’une des créations de Batman, la conséquence de ses actes, ce qui explique pourquoi ils sont si intimement liés. Les anciens dirigeants de la pègre ont peu à peu été remplacés par des super criminels de plus en en plus radicaux et violents. Tout ce petit monde a fini par transformer la ville en un terrain de jeu où ils se livrent des guerres personnelles contre Batman et entre eux, là ou avant la criminalité servait à obtenir des richesses ou le pouvoir, elle est devenue une fin en soi. Les habitants de Gotham sont devenus à la fois les victimes et les otages de la lubie du milliardaire Bruce Wayne.

D’où Bruce tire-t-il sa légitimité ?

Et puis la question se pose à part d’en avoir les moyens d’où tire-t-il sa légitimité d’incarner la justice et et le droit de mener sa vendetta personnelle ? Le traumatisme lié à la mort de ses parents ? Sûrement pas il n’a qu’à consulter un professionnel. Et puis a qui rend il compte de ses actes ? Personne, déjà que la police ne répond que trop rarement de ses actions dans le cas de Batman c’est carrément du fascisme, il peut briser le bras de ce type qui essayait juste de voler un sac ou carrément détruire le centre-ville de Gotham en se battant contre Double Face sans qu’il ait à répondre de ses actes.
Pour finir c’est une question qui se pose pour tous les super héros et s’il décidait de ne plus être du côté des gentils on ferait quoi ? Vous me direz Batman tout seul il y a pire, mais dans l’excellente série Batman: The Dark Knight Returns, un Bruce Wayne vieillissant s’entoure d’une milice d’anciens criminels, les mutants, convertis à sa cause qui luttent contre le crime en usant de méthodes ultras violentes. Vous voyez les dérives ? Et si pour une raison ou une autre il décidait de se servir de cette milice pour prendre le pouvoir ? À sa mort que deviendra cette milice ? Si la personne qui lui succède en tant que Btaman n’avait pas des intentions aussi pures ? Et qui vote pour le prochain Batman ? Trop de questions en suspend, si j’avais été un citoyen de Gotham je dormirais très mal.

Résumons Bruce Wayne A.K.A Batman préfère investir des millions de Dollars dans des équipements qui lui permettent de combattre le crime par épiphénomène plutôt qu’une approche globale visant à réduire les inégalités sociales dans laquelle la criminalité trouve ses origines, typiques de la droite qui n’a que la répression comme réponse. Et sans parler de toutes les dérives que cela implique ou peut impliquer.
Un adulte qui se ballade déguisé en chauve-souris, pas besoin de s’appeler Freud pour savoir que ça cache un lourd traumatisme et sans ses privilèges de quadra blanc cishet riche, on l’aurait déjà interné.
Batman est bel et bien un enfoiré de droite qui a besoin de consulter un psy, mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime tant un peu comme le capitalisme on sait que c’est mauvais pour nous, mais on ne peut se passer d’être exploité par son patron pour acheter des choses dont on n’a pas vraiment besoin produites par d’autres personnes exploitées… Und so weiter.

Mowgli et Simba, comme Kratos, ils ont le M

Un soir de novembre, classique, la sortie du boulot, il fait nuit et il fait froid. Comme depuis trois jours, je vais prendre les transports avec du PNL dans les oreilles, mais là je vais enfin les voir en live. Il fallait donc nécessairement que j’intercale PNL dans ma playlist actuelle où Hamza et les trappeurs Future et Young thug sont au front.

Continuer la lecture de « Mowgli et Simba, comme Kratos, ils ont le M »